Lecture de "Aux champs" de Guy de Maupassant

Réflexion sur « Aux champs » de Guy de Maupassant

La connotation des noms

Des noms qui reflètent l’identité des personnages

Tuvache

Ce mot connote l’animosité « vache ». La vache c’est la femelle. La femelle défend toujours son petit au prix de tuer (tu à tue). La vache ne réfléchit pas. Elle agit par instinct.

Le nom ainsi décomposé peut faire penser à l’expression insultante « Mort aux vaches » qui daterait de 1870 (Aux champs parut en 1882). Cette expression contient une révolte contre tout ce qui représente l’autorité (l’uniforme). Mme Tuvache se révolte contre les d’Hubières qui représentent la classe bourgeoise, les riches.

Le langage de Mme Tuvache n’est pas du ‘parisien’. En effet, en plus de l’effet du réel utilisé par Guy de Maupassant en laissant ses personnages normands s’exprimer en langage normand, il n’en reste pas moins que celui de Mme Tuvache est très mal (en comparaison avec celui de son mari par exemple). L’expression « parler français comme une vache » a sa place dans ce contexte malgré son origine.

La rage de Mme Tuvache peut avoir plusieurs raisons : la misère, la pauvreté… mais sa véritable déchéance vient d’elle-même. C’est une femme autoritaire, égoïste, mal élevée. Elle est la première à parler quand les d’Hubières sont entrés dans sa demeure. Elle ne laisse pas une seule chance à son mari pour qu’il s’exprime. Elle prend les décisions seule comme si l’enfant lui appartenait à elle seule.

« Vous voulez que j’vous vendions Charlot ? » cette phrase résume tout ce qui a été dit. Inconsciemment, elle utilise le « je » comme si l’enfant était son bien propre et ce n’est que plus tard qu’elle s’en rend compte en ajoutant le « ons » terminaison de « nous » au verbe « vendre » et suppose que son mari aussi est concerné par cette affaire. Son égoïsme la trahit dans son langage.

Maupassant présente les Tuvache lors de l’entrée des d’Hubières  en train de fendre du bois pour la soupe. Fendre du bois est un geste brutal qui suppose l’utilisation d’un objet tranchant : la hache qui rime bien avec vache. De plus ce geste a aussi la signification de briser le bois en le tranchant par un coup sec et dur qui demande une force.  Mme Tuvache tranche la communication par ses mots qui tombent avec force sur les têtes des d’Hubières comme des coups de hache. Elle ne fait place à aucune négociation.

Dans une famille où les décisions sont prises unilatéralement sans concertation ni consultation ni dialogue, on ne peut s’attendre à une harmonie ou à un bonheur.

Les Vallin

Les Vallin sont l’antipode des Tuvache.

Le mot Vallin connote la douceur qu’on peut imaginer dans un val fleuri et dans le tissu de lin. Dans cette famille règne une réelle harmonie. Le couple se comprend rien qu’avec les yeux,  prend les décisions après concertation et consultation.

Quand les d’Hubières ont fait leur entrée chez M et Mme Vallin, ils étaient assis entrain de manger du pain au beurre. Ils piquaient le beurre avec leurs couteaux et le passaient sur le pain. Ce geste est comme une caresse. Et le beurre est une matière blanche et tendre au toucher comme du coton. Ce qui suppose que dans cette famille il y a une tendresse mutuelle et une compréhension qui n’existe pas dans l’autre famille.

C’est cette tendresse, cette harmonie, cette entente entre les Vallin qui est la base de leur réussite. Le dialogue, la consultation joue un rôle très important dans la gestion de l’affaire familiale. Si dans cette famille c’est la femme aussi qui a pris la parole la première c’est pour s’adresser à son mari et demander son avis (« Qué qu't'en dis, l'homme ? »)

C’est donc par un véritable échange d’opinion qu’ils gèrent leurs affaires et c’est pour cette raison qu’ils ont pu sauver leurs enfants et sortir de la misère dans laquelle ils s’enlisaient

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.